LES DESSINS

 

Plus de 50 dessins de cette collection sont aussi des témoins de l'époque, vu qu’ils montrent la vie et l'activité quotidienne dans les colonies et reflètent les principes républicains que les professeurs inculquaient à leurs élèves face aux ennemis franquistes qui essayaient de les priver de leur liberté, leur famille et leur bonheur.

 

Ces documents visaient donc à renforcer la solidarité et à transmettre la confiance en la victoire antifasciste. Plusieurs expositions de dessins furent organisées en Espagne et à l'étranger afin que le public prenne conscience des conséquences désastreuses de la guerre et des bombardements sur la population civile. En définitive, l'objectif de ces expositions n'était que de remuer les consciences et de collecter des fonds pour maintenir les colonies d'enfants. Les dessins des enfants de la guerre sont aujourd'hui une source documentaire d’une importance exceptionnelle.

Mª Dolores Sanz, 13 annés. Centre Espanyol de Cerbère, França. Universitat de Califòrnia, San Diego.

Antonio Sánchez. Residència infantil de Sant Joan, Alacant. Columbia University, New York.

Ángel Toribio. Centre espanyol de Moscou, Rússia. Arxiu Nacional de Catalunya.

Fernando Olavera , 13 annés. Colònia Infantil de Bayona, França. Universitat de Califòrnia, San Diego.

Asunción Acín, 9 annés. Colònia Escolar d'Estadilla, Osca. Columbia University , New York.

Ángel Castellanos, 13 annés. Residència infantil de Sueca, València. Columbia University, New York.

Santiago Carrana, 14 annés. Colònia Escolar de Nules, Castelló. Universitat de California, San Diego.

Carmen Huertas, 9 annés. Alzira, València. Columbia University, New York.

UN TRÉSOR CONSERVÉ À L'ÉTRANGER

 

Une partie de ces dessins (617) est conservée à l'Université de la Californie, à San Diego; 153 se trouvent à l'Université Columbia (New York), 1172 se trouvent à la Bibliothèque Nationale de Madrid, et 15 sont à l'Université de Valence. En outre, l'Archive Nationale de la Catalogne conserve des dessins faits par des enfants espagnols évacués en Russie, recueillis par l'Association AGE (Archives de la Guerre et de l'Exil) et le CEM (Centre Espagnol de Moscou); d'autres dessins ont aussi été déposés dans des institutions américaines, canadiennes et britanniques, notamment.