L'ÉVACUATION

 

Au cours de la guerre, de nombreuses expéditions d'enfants en provenance des zones menacées par les rebelles furent évacuées vers d'autres endroits plus sûrs, sur la côte méditerranéenne ou à l'étranger. Ils fuyaient les bombardements et la répression.

 

L’évolution des fronts de guerre marque les étapes à plus grand mouvement de personnes évacuées. De nombreux organismes s’impliquairent dans cette évacuation : le Secours Rouge International, la Solidarité Internationale Antifasciste et les Brigades Internationales, outre les syndicats espagnols CNT et UGT et des comités solidaires de la Suède, la Norvège, le Royaume-Uni, la France, la Belgique, les Pays-Bas, Cuba, l'Argentine, les quakers nord-américains et le Canada, entre autres.

Depuis le printemps 1937, le gouvernement cordonna l'évacuation à travers le Conseil National des Enfants Évacués, dont le siège se trouva initialement à Valence et plus tard à Barcelone. Suite à l'occupation de la Catalogne, le nombre d'espagnols fuyant en France à travers les Pyrénées augmenta.

 

Beaucoup d'enfants voyageait seuls, d'autres étaient accompagnés de leurs familles. Tel que montré dans les dessins, toute sorte de moyens furent utilisés pour transporter les enfants en fonction des points de départ et d'accueil.

L'EXODE

 

Au cours de l'exode de la fin de la guerre, 70.000 enfants quittèrent l'Espagne. Bien qu'une grande partie d'entre eux furent rapatriés et retrouvèrent leurs familles plus tard, pour d'autres, ce moment marqua le commencement d'un long exile.

 

L'évacuation, l'exile et la nostalgie du pays ont été reflétés dans les dessins des enfants réfugiés de la guerre civile.